Les campêches s’ennuient
Roger Parsemain / Postface de Hanétha Vété-Congolo

Ce recueil de onze nouvelles et récits explorent, dans le passé martiniquais comme dans son présent mondialisé, la destinée de personnages hauts en couleur, gens simples, notables, politiques ou rêveurs célestes. Autant de vigies singulières postées au cœur du monde que l’auteur peint avec respect et tendresse, ce qui n’exclut pas une joyeuse ironie.

Hanétha Vété-Congolo écrit dans sa postface : « Comme pour Césaire, Zobel, Glissant, Orville, Placoly, l’on retrouve ici encore, chez le poète, le penseur martiniquais, un amour profond pour les siens. Il faudra bien que l’on finisse par étudier, pour sa valeur instructive et constructive, ce rapport d’amour viscéral que les plus grands producteurs d’esthétique écrite et de pensée ont pour « le peuple » et que Roger Parsemain vient encore mettre en évidence. »

Auteur de nouvelles, de récits, et d’une œuvre poétique majeure, Roger Parsemain est né au François (Martinique) en 1944. Il a fait ses études secondaires au fameux lycée Schœlcher de Fort-de-France et supérieures en Guadeloupe. Membre des Jeunesses communistes, il a adhéré par la suite au Parti communiste et a été conseiller municipal du François de 1971 au début des années 80. Il a été professeur de lettres et d’histoire-géographie à Fort-de-France jusqu’en 2004.

• Collection Caribea.
…………………………………………………………………

Divertissements
Eliseo Diego / Préface de Josefina de Diego / Traduit de l’espagnol (Cuba) par Margaita Idieder. Édition bilingue français – espagnol.

Paru en 1946, Divertimentos n’avait jamais été traduit en français. Il s’agit du deuxième livre de l’auteur, des récits brefs, ou « miniatures » comme il aimait les qualifier, dans lesquels il affine la trame mystérieuse de sa prose qui se fait ici plus concise. S’y présentent ses obsessions, ses angoisses, ses doutes, avec cette manière si singulière de placer devant nos yeux, comme un tableau, un moment, une tranche de vie, auxquels nous n’avions pas suffisamment prêté attention. C’est que pour Eliseo Diego il est nécessaire de voir les choses telles qu’elles sont, de les nommer afin de les saisir, et parvenir ainsi à les garder en mémoire.

Eliseo Diego (1920-1994), de son vrai nom Eliseo Julio de Jesús de Diego Fernández-Cuervo, est un poète, romancier et essayiste cubain considéré comme l’un des plus grands poètes latino-américains. Il publia son premier livre Dans les mains obscures de l’oubli en 1942 et créa en 1944 avec son ami José Lezama Lima la célèbre revue Orígenes (1944-1956). Parurent ensuite Divertimentos (1946), livre en prose poétique, La Calzada de Jesús del Monte (1949), Por los estraños pueblos (1958), El oscuro esplendor (1966), poésie, Versiones (1970), poésie, Noticias de la quimera (1975), récits, A travès de mi espejo (1981), poésie, Inventario de asombros (1981), poésie, etc.

• Collection Caribea.
………………………………………………………………..

BLAN
François Piquet

BLAN – terme qui désigne les Blancs en créole – est une roman graphique surprenant à l’humour parfois très noir. Il mêle anecdotes, réflexions et chroniques de la transformation d’une « Blanc » en « blan ». Ou comment la créolisation bouleverse notre monde. Et nous change. Drôlement.

François Piquet, né en 1967 dans la banlieue de Paris, vit et travaille en Guadeloupe depuis 2000. Ingénieur et designer multimédia, il a débuté sa pratique des arts visuels en Guadeloupe. Il a depuis montré son travail dans de nombreuses expositions internationales, dans les Caraïbes, en Afrique et en Europe. L’International Slavery Museum de Liverpool (Royaume-Uni) l’a récemment intégré à sa collection permanente, de même que le Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la Traite et de l’Esclavage à Pointe-à-Pitre et d’autres institutions. En 2019, il a présenté Équation décoloniale au sein du premier pavillon de la Guadeloupe à la 58e Biennale d’art contemporain de Venise.

• Collection Matières / Surfaces.
………………………………………………………………..