Divertissements
Eliseo Diego / Traduit de l’espagnol (Cuba) par Margaita Idieder / Préface de Josefina de Diego

Traduits pour la première fois en français et présentés ici en édition bilingue espagnol-français, les récits qui composent Divertissements plongent le lecteur dans un univers qu’il croit connaître, tant il est proche du sien, mais qui s’avère subtilement fantastique.

Car l’ordre établi des choses et du monde vacille sous la plume de l’auteur. Ainsi les objets s’animent pour mieux faire sentir leur présence et leur rôle. Sur un jouet, une figurine perturbe la perception du réel. Un miroir devient la porte d’un corridor conduisant à l’ego malmené du personnage. Des meubles, sous l’œil vigilant de la lune, s’affairent et conspirent, exigeant d’un pauvre poète que ses mots deviennent au matin leur propre destin. Voyant la mort venir, un homme assure que son chien parle pour retarder l’arrivée de la grande faucheuse.

La prose poétique d’Eliseo Diego possède un pouvoir de séduction irrésistible ; elle ne propose rien moins qu’une nouvelle façon de percevoir le monde.

Paroles d’écrivain

À propos de ce livre, l’écrivain cubain Gastón Baquero écrivait : « La création d’Eliseo Diego ne se donne pas pour projet d’inventer mais de révéler l’intérieur tendre, magique, des objets, des personnes, des apparences ; de parvenir à découvrir que sous un encrier oublié pouvait exister un fourmillement de merveilles. »

À propos de l’auteur

Poète, prosateur et essayiste, Eliseo Diego, né à La Havane en 1920, est considéré comme l’un des plus grands auteurs latino-américains. On lui doit de nombreux livres de poésie, trois recueils de récits brefs dont Divertissements, ainsi que des essais. Lauréat en 1993 du prix Juan Rulfo pour l’ensemble de son œuvre, il est mort en 1994 à Mexico où il donnait un cycle de conférences.

Collection Caribea / Parution : 15 mars 2021 / 108 pages/ Format 12 x 18,5 cm avec rabats / Impression sur papier de création 90 grs / 14,50 € / ISBN 978-2-9559566-8-7

Lire quelques pages :

…………………………………………………………………………………

Les campêches s’ennuient
Roger Parsemain / Postface de Hanétha Vété-Congolo

Dans ce nouveau recueil de onze nouvelles et récits, l’auteur martiniquais explore dans l’hier et l’aujourd’hui la destinée de personnages hauts en couleur. Et sous sa plume, petites gens, notables, hommes politiques, rêveurs célestes, deviennent autant de vigies singulières. Postées au cœur de l’île-monde, ces dernières forment sous nos yeux une véritable geste martiniquaise. Si l’auteur les peint avec finesse et respect, cela n’exclut ni l’humour ni, parfois, une ironie joyeusement salvatrice.

Vivre et écrire parmi les siens

Hanétha Vété-Congolo écrit dans sa postface : « Roger Parsemain aime ceux parmi qui et avec qui il a pris naissance et fait sa part de vie. Il les connaît, les reconnaît. Il considère pour eux et avec eux la question critique de l’existence. Quelle est-elle ? Quelle devrait-elle être ? Quelle pourrait-elle être ? Comme pour Césaire, Zobel, Glissant, Orville, Placoly, l’on retrouve ici encore, chez le poète, le penseur martiniquais, un amour profond pour les siens. Il faudra bien que l’on finisse par étudier, pour sa valeur instructive et constructive, ce rapport d’amour viscéral que les plus grands producteurs d’esthétique écrite et de pensée ont pour « le peuple » et que Roger Parsemain vient encore mettre en évidence. À partir du micro-regard sur la société franciscaine et ses alentours – Le Vauclin, Saint-Esprit, Ducos -, il éveille un œil acéré sur la macro-société du pays Martinique. »

Petit aperçu biographique

On doit à Roger Parsemain de nombreuses nouvelles et des récits brefs, ainsi qu’une œuvre poétique majeure. Il est né au François (Martinique) en 1944 et a fait ses études secondaires au lycée Schœlcher de Fort-de-France puis supérieures en Guadeloupe. Homme d’engagement, il a été membre des Jeunesses communistes et a ensuite adhéré au Parti communiste. Pendant plus de dix ans, il a été conseiller municipal dans sa ville natale. Il a mené sa carrière d’enseignant en lettres et histoire-géographie jusqu’en 2004.

Collection Caribea / Parution : décembre 2020 / 336 pages/ Format 12 x 18,5 cm / 15,50 € / ISBN 978-2-9559566-9-4

Lire quelques pages :

…………………………………………………………………………………….

Claire-Solange, âme africaine
Suzanne Lacascade / Préface de Valérie K. Orlando

Cela faisait presque un siècle que Claire-Solange, âme africaine, le seul livre de Suzanne Lacascade, était indisponible. Paru en 1924 chez Eugène Figuière à Paris, il ne passa pas inaperçu à l’époque. On peut lire dans la presse des critiques condescendantes, voire des analyses méprisantes aux relents misogynes et racistes.

Rendons-nous compte ! Une femme « de couleur » prend la plume et le fait magistralement. Sans s’embarrasser d’exotisme, elle dit tout le mal qu’elle pense du système colonial, du racisme, du patriarcat… C’est beaucoup, beaucoup trop. C’est aussi beaucoup trop tôt dans une France encore coloniale. Car le pays ne prête guère attention à ce roman hors norme en avance sur son temps. C’est en effet le premier signé par une femme antillaise francophone. C’est aussi le premier à faire une telle place à la langue créole.

Quinze ans avant le mouvement de la Négritude, Suzanne Lacascade fait figure d’éclaireuse. Elle explore très tôt des thèmes qui, de Frantz Fanon au mouvement décolonial actuel, mettent en cause les sociétés coloniales. Elle pointe les discriminations et valorise le sang versé par les peuples colonisés pour la « grandeur » de la France. Chroniques de la vie créole tout autant que plaidoyer anticolonialiste et antiraciste, Claire-Solange, âme africaine est un livre unique. Et il est urgent de lui restituer sa véritable place au sein des histoires littéraires antillaise, française et francophone. Un livre à découvrir sans délai !

Suzanne Lacascade (1884-1966) est née à Fort-de-France. Son père, Guadeloupéen, fut médecin de la Marine, député de la Guadeloupe et gouverneur de Mayotte et de Tahiti. Sa mère était martiniquaise. Elle consacra sa vie professionnelle à l’enseignement et fonda à Paris le Cours Lacascade.

• Collection Caribea / Parution : octobre 2019 / 200 pages /Format 12 cm x 18,5 cm / 14,00 €

Lire quelques pages :